Imaginons venir du pont de L’Île-Saint-Denis

6 octobre 2017 - Thème :

– Rappelons que les parkings voiture sont appelés à disparaître du périmètre des gares de proche banlieue. Que va-t-il se passer ? Les voitures venant de Villeneuve-la-Garenne ou d’Épinay (et même plus loin) vont-elles se replier sur L’Île-Saint-Denis ? Sur du stationnement sauvage ?

– En reprenant la question de la place accordée aux vélos, il est indispensable de considérer le passage entre l’ouest et l’est de la gare. En effet, la station de tramway étant rapprochée du pont de L’Île-Saint-Denis, les piétons seront encore plus nombreux à passer sous le pont de chemin de fer, dans les deux sens. Nous ressentons tous des difficultés à franchir ce passage du fait de la présence des piétons et des cyclistes sur le même espace. Ce qui pourrait s’arranger s’il n’y avait des scooters et motos, voire des voitures, qui viennent également s’interférer entre nous. Il y aurait un tunnel à réouvrir sous le pont peut-être pour une piste cyclable séparée des tramways et piétons ? Les cyclistes de L’Île-Saint-Denis, ainsi que de Villeneuve-la-Garenne et même d’Épinay, empruntent cette liaison pour rejoindre Saint-Denis ou le canal Saint-Denis vers Paris. Le canal est une voie rapide pour les vélos, il ne faut pas d’interruption au niveau des deux parvis.
– La place du vélo est trop limitée dans son ensemble. Le vélo est appelé à se développer dans les années à venir, ce que l’on constate dès aujourd’hui. Ne peut-on envisager des consignes vélos sécurisées des deux côtés de la gare, par Navigo d’une part mais aussi pour les voyageurs sans carte Navigo ? Il est toujours déplaisant de constater que des vélos rangés à l’extérieur de la gare sur des arceaux vélo sont dépouillés le soir.
– Un atelier vélo est indispensable auprès du stockage de vélos. Ne peut-on envisager un local proche de celui des chauffeurs de bus ?

– L’accessibilité reste un point clef. Tout d’abord qu’en sera-t-il de l’affichage ? Nous souhaitons un affichage assez grand et non pas ces petits écrans vidéo peu lisibles, pour savoir sur quel quai aller.
– Qu’en est-il de l’accessibilité des poussettes (nombreuses sur L’Île-Saint-Denis sinon sur Saint-Denis) et des personnes à mobilité réduite ? Ne parlons même pas de l’accès des vélos aux trains. Ce qui se fait partout dans les pays étrangers du nord de l’Europe ne peut être réalisé ici ? Rappelons que si l’espace est réduit, ce qui se fait à Amsterdam peut se faire ici. La gare centrale d’Amsterdam est en plein cœur de la ville auprès d’un canal. C’est une question de choix d’aménagement et d’orientation politique, d’accès des voyageurs et d’une priorité accordée aux transports publiques.
– Sachant qu’il n’y aura qu’un ascenseur par quai, il est à envisager la question des accès par rampe ou par des entrées de quai à hauteur, sans marche, pour l’accès des nombreuses poussettes, des voyageurs chargés de valises et des personnes à mobilité réduite.
– Nous nous inquiétons toujours autant des accès par tourniquets. 150 000 voyageurs par jour sont à prévoir d’ici 2030 voire plus Va-t-on continuer à nous agglutiner derrière les tourniquets ?
– Il n’existe qu’un seul accès au RER D, trop étroit actuellement pour les entrées et les sorties simultanées des voyageurs. Pourquoi ne pas utiliser le souterrain nord ?

– Quels accès piétons côté ouest et côté est ? Côté ouest, les piétons venant du pont de L’Île-Saint-Denis rejoignent la gare par le petit porche passant sous les immeubles. Ce passage sans voitures leur permet de s’éloigner des bruits et gaz d’échappement de la rue du Port, tout en leur offrant un raccourci.

– Qu’en est-il du lien entre le tramway 1 et le tramway 8 pour les personnes à mobilité réduite ?
– Qu’en est-il du passage sur la passerelle reliant le tramway 8. Vu l’augmentation de voyageurs à prévoir, comment se passera l’échange ? Où passeront les personnes qui souhaitent rejoindre le canal ?
– Un seul bus relie la gare à Pleyel, le bus 274. Or il y aura de nouveaux liens. Quels aménagements seront prévus pour eux ?

– Le local de la police ferroviaire devrait être déplacé dans le pavillon qui accueille actuellement les billets grandes lignes. Nous demandons à ce que la gare conserve cette fonction de service publique. La vente des billets grandes lignes doit rester accessible sur place avec un personnel répondant aux demandes des voyageurs. Les voyageurs ne sont pas toujours capables de se servir des outils informatiques pour diverses raisons : langue, vieillissement etc.
– Le local police peut-il accueillir l’ensemble des polices, ferroviaire, nationale et municipale ?

– Quelle place accordée aux énergies renouvelables ? Une gare écologique ?

– Nous souhaiterions que les vendeurs de brochettes et autres avec caddies disposent d’un lieu où cuire et vendre leurs brochettes, hygiénique et encadré juridiquement.
– Dans le cadre des services à proposer auprès de la gare, nous souhaitons également qu’il y ait un lieu de chaque côté de la gare pour la presse, au moins un lieu pour la poste, du pain, un autre pour la vente des fruits et légumes par des producteurs locaux. Il nous semble important de privilégier l’accès à des produits frais et si possible biologiques pour le plus grand nombre de voyageurs. C’est également une nécessité de trouver les moyens de nourrir la population en circuit court.

– Enfin, nous souhaitons poursuivre la concertation avec un comité de suivi composé d’élus, de représentants des services techniques, d’habitants et d’usagers. De faire des visites de terrain régulièrement afin de faire un point sur les travaux et faire des observations utiles. Nous souhaitons effectivement avoir notre mot à dire sur les sept millions d’euros à appliquer à l’intermodalité et à la qualité de vie.

Revenir à la liste
Retour haut de page
Aménagement de la gare de Saint-Denis - L'ile-Saint-Denis

Aménagement de la gare de Saint-Denis – L'ile-Saint-Denis